Accueil Bienvenue Territoire Administrateurs Activités Contrat de baie Comptes rendus Bulletin Bassins versants Manifestations Observateurs Dossiers particuliers Associations Liens utiles Adhérer à MART

Le Las et la Rivière Neuve


FICHE D'IDENTITE.

Principal cours d'eau de l'ouest toulonnais, le Las traverse les communes du Revest et de Toulon. Son bassin versant couvre 6.000 hectares. Il prend sa source à l'ouverture du gouffre du Ragas, à 143 mètres d'altitude, mais cette source vauclusienne ne s'active que très rarement. Le Las est en fait alimenté par d'autres sources, aujourd'hui captées par le barrage de Dardennes mis en eau en 1912. Après un parcours d'environ 7 km, le dernier 1,5 km est canalisé sous buse. Le Las se jette dans la darse de Castigneau dans l'arsenal. A partir du Jonquet, la Rivière Neuve forme le véritable cours aval du Las, depuis sa création par la main de l'homme, et de par la volonté de Vauban, en 1680. La Rivière Neuve fut créée pour dévier le cours du Las dont les alluvions envasaient la rade. La Rivière Neuve a un cours de 3 km, dont la moitié est recouverte par une route à deux fois deux voies. Elle se jette dans la rade au niveau de La Pyrotechnique maritime.

CONTEXTE HYDRAULIQUE.

Débit moyen : 480 l/s. Débit à l'étiage : 100 l/s. Le débit du Las reste quasiment constant grâce aux nombreuses sources qui l'alimentent et au barrage dont le débit réservé s'élève à 48 l/s (10 % du débit moyen). Sur la Commune du Revest, le Béal, canal à ciel ouvert, prélève quelques 99 % des eaux de la rivière à l'étiage. Autrefois, les eaux du Béal servaient à fournir la force motrice pour actionner les moulins de la vallée du Las. Elles permettent aujourd'hui l'irrigation des jardins des riverains jusqu'au quartier de Saint-Pierre à Toulon.

Sous réserve du respect du débit réservé, les propriétaires riverains du Las peuvent pomper jusqu'à 40 m³ par jour et par propriétaire. Actuellement, ce débit réservé est nettement insuffisant, particulièrement en été. Les associations ont proposé de réaliser un forage à la sortie du barrage qui pourrait délivrer jusqu'à 180 l/s. Un autre problème est celui des eaux du barrage très chargées en limon qui colmate le lit en aval du barrage.

LES ACTIONS DES ELUS ET DES POUVOIRS PUBLICS.

A l'inverse de l'Eygoutier, il n'existe pas de syndicat sur cette rivière et aucune étude importante n'a été engagée.

La ville de Toulon, propriétaire du barrage, le vérifie périodiquement avec une mise hors d'eau tous les 10 ans. Elle a des problèmes de lavage des grilles et envisage la construction d'une troisième déverse pour parer à des épisodes pluvieux du type Nîmes. En 2003, elle a financé une campagne de nettoyage des berges.

Le Conseil Général du Var a réaménagé les jardins de la propriété Burnett en bordure du Las et a réalisé une étude foncière sur ce cours d'eau.

LES ACTIONS DU CONTRAT DE BAIE ET DES ASSOCIATIONS.

Dans son catalogue, le Contrat de baie avait prévu quatre actions :
      - Un schéma global de fonctionnement du bassin du Las
      - La coulée verte le long du Las
      - Une étude des ripisylves du Las et de l'Eygoutier
      - L'entretien d'urgence de ces deux cours d'eau

Actuellement l'entretien n'est pas défini en tant qu'action permanente et le schéma global n'est toujours pas engagé. En revanche, un stagiaire de TPM a fait, fin 2003, une étude intéressante sur la coulée verte : « Reconquête d'un fleuve et de sa vallée ».

Les associations, et particulièrement la Fédération des C.I.L. de l'Ouest Toulonnais et les « Amis de François », considérant que le Las était l'oublié de derrière le Faron, ont établi avec MART un dossier d'actions remis en avril 2001 au Président du comité de baie. Ce dossier insiste sur la nécessité d'une appréhension globale du bassin versant et sur les problèmes d'entretien.

En 2002 et 2003, ces associations ont appuyé l'association Val d'As qui propose des actions sur trois axes :
      - Restanque-organisation : pour développer les activités agricoles biologiques sur les pentes de la vallée.
      - Eco-tourisme.
      - Festi-sources, festival annuel sur l'eau.

Tout ce travail a été fait autour du concept de COULÉE VERTE intégrant toutes les dimensions de la rivière dans la ville. Ces actions ont également été accompagnées de deux films : « une rivière dans la ville » et « l'eau de là » produits et réalisés par Philippe Maurel, ainsi que par de nombreuses conférences et d'une journée grand public sur la coulée verte, organisée par TPM et le Conseil Général du Var.